100Elles*

Seulement 7% des personnes ayant donné leur nom à une rue de Genève sont des femmes*… Même le Grand Conseil fait mieux !

Le projet 100Elles* investit les rues de la Ville de Genève et vise à (re)donner leur place aux femmes* dans l’histoire et dans l’espace public genevois.

Dans le Canton de Genève, il y a actuellement 548 rues qui portent des noms d’hommes et 41 de femmes. Ils sont pourtant choisis selon deux critères a priori non-genrés : il doit s’agir de personnes ayant marqué de manière pérenne l’histoire de Genève, et décédées depuis plus de dix ans. En réalité, un ensemble de phénomènes sociaux et culturels liés au patriarcat et au sexisme ont fait des femmes* les oubliées, entre autres, de l’histoire collective et des rues genevoises.

En 2019, cent femmes*, sélectionnées selon les critères actuels, seront donc mises en avant dans nos rues. Du mois de mars au mois de juillet, tous les quinze jours, dix plaques seront apposées dans un quartier différent de la Ville de Genève. Vous pourrez découvrir ces femmes* et leur histoire sur le site internet 100Elles* grâce au travail biographique des historiennes de l’Université de Genève. Des visites guidées organisées dans chaque quartier seront également proposées.

Exemple de plaque

Le choix de ces cent femmes* s’est fait le plus possible dans une logique intersectionnelle. Bien sûr, les femmes* dont il reste des traces dans la mémoire collective sont souvent celles* qui appartiennent à des catégories sociales privilégiées. Malgré cela, le projet 100Elles* a tenu à prendre en compte les personnes minorisées, notamment à cause de leur classe, leur race, leur religion, leur identité de genre ou leur orientation sexuelle, dans la mesure où les sources historiques le permettaient.

Ce projet est soutenu par le Service Agenda 21 de la Ville de Genève.